Livraison Offerte à partir de 30 euros ! Expédition sous 24 à 48h (jours ouvrés)
Le panier

Comment calmer les douleurs de règles ?

Posté par Karine DOBBELS le
Comment calmer les douleurs de règles ?

Comment calmer les douleurs de règles ?

 

 

Plus de la moitié des femmes qui ont leurs règles ressentent des douleurs menstruelles (dysménorrhée) pendant un à deux jours chaque mois. Même si la douleur des règles peut être synonyme de maux de tête ou d'inconfort général, elle est généralement causée par des crampes menstruelles.

De nombreuses personnes sont émotives et ont des crampes avant et pendant leurs règles. C'est ce que l'on appelle le syndrome prémenstruel. Les crampes et le syndrome prémenstruel sont normaux et peuvent être traités.

Qu'est-ce que le syndrome prémenstruel ?

règles abondantes

Le syndrome prémenstruel, c'est-à-dire les symptômes émotionnels et physiques que certaines personnes ressentent juste avant et pendant leurs règles, est causé par les changements hormonaux que subit votre corps pendant votre cycle menstruel.

Certaines personnes souffrent du syndrome prémenstruel à chaque fois qu'elles ont leurs règles. D'autres ne le subissent que de temps à autre. Vous pouvez présenter tous les symptômes courants ou seulement certains d'entre eux et certaines personnes n'en ont pas du tout.

Il existe deux principaux types de symptômes : ceux qui vous affectent physiquement et ceux qui vous affectent émotionnellement.

Les symptômes physiques comprennent 
  • Une envie de certains aliments ou faim plus importante que d'habitude
  • Les seins tendus, gonflés ou douloureux
  • Une sensation de ballonnement (ventre gonflé ou plein)
  • Une légère prise de poids
  • Des maux de tête
  • Des étourdissements
  • Le gonflement des mains ou des pieds
  • Des douleurs dans les articulations ou les muscles
  • Une sensation de fatigue plus importante que d'habitude ou le besoin de faire plus de siestes
  • Problèmes de peau, comme des boutons
  • Des maux d'estomac
  • Des crampes ou douleurs dans le ventre
Les symptômes émotionnels du syndrome prémenstruel sont les suivants
  • Sentiment de tristesse, de dépression, de tension ou d'anxiété
  • Sautes d'humeur
  • Se sentir plus irritable ou en colère que d'habitude
  • Pleurs soudains
  • Ne pas se sentir très sociable ou besoin de solitude
  • Difficulté à se concentrer
  • Difficulté à s'endormir ou à rester endormi
  • Modification de l'envie d'avoir des rapports sexuels

Il est fréquent de présenter certains de ces symptômes et pas d'autres. Par exemple, vous pouvez avoir des ballonnements et des seins douloureux, mais pas de sautes d'humeur ni de problèmes de peau. Les symptômes peuvent également varier d'un mois à l'autre : vous pouvez être fatiguée et grincheuse un mois mais pas le suivant, ou avoir des crampes un mois mais pas le suivant. Elle est différente pour chaque personne.

Pour qu'un médecin pose un diagnostic officiel, il faut que les symptômes se manifestent pendant au moins trois mois consécutifs. Ils doivent commencer dans les 5 jours précédant vos règles et interférer avec certaines de vos activités normales, comme l'école, le travail ou l'exercice. Si vous pensez souffrir du syndrome prémenstruel, notez vos règles et vos symptômes chaque jour pendant au moins 2 ou 3 mois.

D'autres troubles, comme la dépression et l'anxiété, la périménopause et les maladies thyroïdiennes, peuvent ressembler au syndrome prémenstruel ; la consultation d'un médecin est donc la seule façon de savoir avec certitude ce qui se passe.

Certaines personnes souffrent d'un syndrome prémenstruel très grave, appelé trouble dysphorique prémenstruel. Les symptômes du trouble dysphorique prémenstruel peuvent être vraiment effrayants et peuvent inclure un sentiment de perte de contrôle, de dépression, de crises de panique ou même de suicide. Si vous pensez ressentir les symptômes du trouble dysphorique prémenstruel, consultez un médecin dès que possible.

Quelles sont les causes des douleurs menstruelles ?

Durée des règles

Si vous souffrez de règles douloureuses chroniques, il est tout à fait naturel de vous demander pourquoi. Vous êtes peut-être la seule femme de votre famille à avoir des crampes sévères. Peut-être vos règles douloureuses n'ont-elles commencé qu'à l'âge de vingt ans. Quelle que soit votre situation, un médecin peut vous aider à comprendre pourquoi vous avez des crampes douloureuses chaque mois. Voici quelques-unes des causes les plus courantes des règles douloureuses :

Le syndrome prémenstruel

Ce syndrome touche 90 % des femmes ayant leurs règles. Il commence quelques jours avant le début des règles et se poursuit jusqu'au premier ou aux deux premiers jours des menstruations. Les médecins pensent qu’il est dû à une baisse des niveaux d'œstrogène et de progestérone avant le début de chaque période. Il présente de nombreux symptômes, dont la fatigue, l'irritabilité et les crampes menstruelles.

PMDD

Le trouble dysphorique prémenstruel est une forme plus grave que le syndrome prémenstruel qui touche environ cinq pour cent des femmes ayant leurs règles. Les médecins ne sont pas certains des causes du trouble dysphorique prémenstruel, mais les femmes souffrant de stress élevé, de dépression ou ayant des antécédents familiaux de dépression sont plus susceptibles d'en souffrir. Les symptômes du trouble dysphorique prémenstruel sont similaires à ceux du syndrome prémenstruel, mais plus intenses, notamment des crampes plus douloureuses.

Fibromes

Les fibromes utérins sont des excroissances bénignes qui peuvent se développer dans la muqueuse utérine. Ils peuvent être si petits qu'il est impossible de les voir à l'œil nu, ou assez gros pour modifier la forme de votre utérus. Ils apparaissent généralement pendant les années de procréation et rétrécissent souvent ou disparaissent complètement après la ménopause.

Les médecins ne peuvent pas savoir avec certitude qui va développer des fibromes utérins, mais certains facteurs peuvent augmenter le risque. Il s'agit notamment de l'âge, de l'ascendance afro-américaine, des antécédents familiaux de fibromes et du surpoids.

Comme les fibromes se développent dans la muqueuse utérine, ils peuvent provoquer des règles abondantes et des crampes menstruelles douloureuses.

Kystes ovariens

Un kyste est une poche de liquide généralement inoffensive qui se forme dans ou sur votre corps. Les kystes ovariens se développent dans les ovaires, généralement pendant l'ovulation. De nombreuses femmes développent au moins un petit kyste chaque mois qui s'estompe naturellement. Cependant, certaines femmes ont des kystes ovariens multiples ou de grande taille qui peuvent provoquer des douleurs ou des complications. Dans ces cas, un traitement médical peut être nécessaire pour gérer les kystes. Les kystes ovariens peuvent également être causés par le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK). Il s'agit d'un déséquilibre hormonal qui entraîne la formation de nombreux petits kystes inoffensifs dans les ovaires. Cela peut entraîner des règles douloureuses, des difficultés à tomber enceinte, une résistance à l'insuline et d'autres problèmes de santé. Les symptômes du SOPK comprennent des règles irrégulières, une pilosité excessive sur le visage et le corps, une prise de poids, des difficultés à perdre du poids, de l'acné et des cheveux clairsemés sur la tête. Un médecin peut prescrire des traitements qui aident à gérer les symptômes du SOPK.

Maladie inflammatoire pelvienne

Lorsque l'utérus et les ovaires sont infectés, on parle de maladie inflammatoire pelvienne (MIP). L'infection commence généralement lorsque des bactéries provenant d'une infection sexuellement transmissible (IST) se retrouvent dans les organes reproducteurs. L'inflammation pelvienne peut également survenir à la suite d'une intervention chirurgicale. Si de nombreuses femmes ne présentent aucun symptôme de salpingite, pour certaines, elle peut provoquer des crampes douloureuses.

Endométriose

La muqueuse utérine, également appelée endomètre, se développe à l'intérieur de l'utérus. Mais si vous souffrez d'endométriose, votre endomètre se développe à l'extérieur de l'utérus, généralement dans d'autres parties de vos organes reproducteurs comme les ovaires ou les trompes de Fallope. Lorsque votre corps tente d'éliminer le tissu utérin pendant vos règles, l'endomètre qui se développe à l'extérieur de l'utérus n'a nulle part où aller. Il peut se retrouver piégé dans le corps. Cela peut provoquer des crampes douloureuses, des saignements abondants, une irritation et une inflammation. Heureusement, la plupart des cas d'endométriose peuvent être bien gérés grâce à des médicaments et des procédures.

Adénomyose

Il s'agit d'une affection traitable dans laquelle l'endomètre se développe dans la paroi musculaire de l'utérus. L'endomètre peut affecter l'ensemble du muscle de l'utérus, mais il affecte généralement un seul endroit. L'adénomyose est une affection bénigne, mais elle peut provoquer de graves crampes. Les médecins ne savent pas exactement ce qui cause l'adénomyose, mais les femmes qui ont eu des enfants ou subi une opération de l'utérus ont un risque plus élevé de la développer.

Quelle est la cause des crampes menstruelles ?

saignements en dehors des règles

Il est fréquent de ressentir une gêne au niveau de l'abdomen, du bas du dos et des cuisses pendant les règles.

Pendant les règles, les muscles de l'utérus se contractent et se détendent pour faciliter l'élimination des muqueuses accumulées. Vous aurez parfois des crampes, qui sont le résultat du travail de vos muscles. Certaines femmes et jeunes filles peuvent également avoir des nausées, des vomissements, des maux de tête ou de la diarrhée.

Les médecins ne savent pas exactement pourquoi certaines femmes ont des menstruations douloureuses et d'autres non. Mais certains facteurs sont associés à une douleur plus intense, notamment : le fait d'avoir un flux sanguin important, avoir eu son premier enfant, être âgée de moins de 20 ans ou avoir ses premières règles, une surproduction ou une sensibilité aux prostaglandines, une hormone qui influence votre utérus.

Parmi les autres facteurs, citons les excroissances dans l'utérus, l'endométriose (croissance anormale du tissu utérin) et l'utilisation d'une contraception.

La plupart des femmes ont des crampes pendant leurs règles à un moment donné de leur vie. Elles ressemblent généralement à des douleurs lancinantes dans le bas du ventre. Elles peuvent commencer quelques jours avant les règles et se poursuivre parfois pendant toute la durée des règles. Les crampes sont généralement pires pendant les premiers jours des règles, lorsque le flux est le plus abondant.

Vous pouvez avoir des crampes dès que vous avez vos premières règles. Vos règles peuvent devenir plus ou moins douloureuses au cours de votre vie. Pour de nombreuses personnes, les crampes deviennent moins douloureuses en vieillissant. Les crampes menstruelles peuvent être douloureuses et irritantes, mais elles sont très courantes et il existe de nombreuses façons de les traiter.

Comment éviter les crampes ?

Vous avez plusieurs possibilités, des solutions médicamenteuses sont souvent les premières qui nous viennent à l’esprit ou encore prendre une contraception hormonale telle que la pilule, un patch, un anneau ou un stérilet. Pourtant, des solutions plus naturelles et saines existent et sont en plus très pratiques.

Faire de l’exercice, poser un coussin chauffant sur votre ventre ou le bas de votre dos, prendre un bain chaud, ou se reposer sont des moyens simples de réduire les douleurs des crampes. D’autres moyens permettent la réduction de ces symptômes, comme l’acuponcture ou la stimulation électrique transcutanée des nerfs (TENS) - une thérapie qui utilise des courants électriques légers pour stimuler vos nerfs et soulager la douleur. Certaines vitamines et herbes comme la vitamine B1, l'huile de poisson, le fenugrec, le gingembre, la valériane, le zataria et le sulfate de zinc ont ces mêmes propriétés.

Le moyen, sans doute le plus agréable, pour réduire ces douleurs est d’avoir un orgasme, notamment grâce aux hormones qu’il génère dans votre corps.

Dans tous les cas, les crampes font partie intégrante de l'apparition des règles, mais il arrive que les crampes soient si douloureuses, qu'il est difficile d'accomplir les tâches quotidiennes (comme aller à l'école ou au travail). Si vos douleurs menstruelles sont vraiment intenses et que les médicaments en vente libre ne vous aident pas, parlez-en à votre médecin. Il pourra vous aider à trouver d'autres moyens de gérer la douleur ou de vérifier s'il y a quelque chose de plus grave.

Des crampes très fortes peuvent être un signe :

  • D’une maladie inflammatoire pelvienne - une infection de vos organes reproducteurs.
  • D’endométriose - une maladie où la muqueuse utérine se développe à l'extérieur de l'utérus. 
  • Adénomyose - lorsque le tissu qui tapisse votre utérus se développe dans la paroi musculaire de votre utérus.
  • De fibromes utérins - tumeurs non cancéreuses qui se développent à l'intérieur de votre utérus, dans les parois de votre utérus ou à l'extérieur de votre utérus.

Les crampes causées par ces affections peuvent apparaître à un âge avancé et peuvent parfois s'aggraver au fil du temps. Elles peuvent également durer plus longtemps que les autres crampes ou même plus longtemps que les règles. C’est notamment à cela que l’on peut les reconnaître.

Que puis-je faire pour soulager le syndrome prémenstruel ?

Avoir des crampes chaque mois peut être aussi frustrant que douloureux. Heureusement, il existe de nombreux remèdes qui peuvent vous aider à soulager les crampes de règles. Il est important de se rappeler que ces techniques ne fonctionneront pas toujours, en particulier pour les maladies chroniques, mais elles peuvent soulager les douleurs menstruelles légères à modérées.

Les solutions médicamenteuses sont une solution face à certains symptômes. L'hormone prostaglandine peut provoquer des contractions musculaires et des douleurs. Les médicaments anti-inflammatoires comme l'ibuprofène peuvent apporter un soulagement rapide en réduisant la quantité de prostaglandines dans votre corps. Suivez toujours les instructions figurant sur la boîte. Dans tous les cas, parlez-en avec votre médecin avant de prendre ce genre de substance. La prise de médicament n’est jamais à prendre à la légère.

En termes de solutions naturelles, certains exercices physiques permettent de réduire ces douleurs, tels que des exercices d'aérobie, comme la marche, la course, le vélo, la natation ou toute autre activité qui fait augmenter votre rythme cardiaque. L'idéal est de faire de l'exercice régulièrement (au moins 30 minutes presque tous les jours de la semaine).

Méditation

Les exercices de respiration, la méditation ou le yoga sont également de bons moyens de soulager les symptômes. Prendre beaucoup de repos, dormir dans de bonne conditions chaque nuit peut aider à lutter contre le stress, les changements d'humeur et la sensation de fatigue ou de lassitude.

Manger des aliments sains comme des fruits, des légumes (surtout les légumes verts à feuilles), des céréales complètes et du yaourt, tout en limitant les graisses, le sel, le sucre, la caféine et l'alcool, autrement dit avoir une alimentation saine et équilibrée permet de réduire l’importance des symptômes prémenstruels. Assurez-vous de consommer suffisamment de vitamines dans votre alimentation ou prenez des suppléments vitaminiques. Si vous ne consommez pas assez de calcium, prenez un supplément de 1200 mg de calcium par jour. Le magnésium et la vitamine E peuvent également vous aider.

Bien qu'il n'y ait pas d'études cliniques sur l'effet direct des orgasmes sur les crampes menstruelles, la science suggère que cela peut aider.

Les orgasmes vaginaux impliquent tout votre corps, y compris votre moelle épinière, qui signale la libération de neurotransmetteurs. Un orgasme vaginal peut inciter votre cerveau à libérer des neurotransmetteurs tels que les endorphines et l'ocytocine. Les endorphines peuvent diminuer la perception de la douleur.

Enfin, utilisez une contraception hormonale (comme la pilule, le patch, l'anneau, l'implant et le stérilet hormonal). Votre médecin peut vous aider à trouver une méthode de contraception qui peut vous aider à lutter contre le syndrome prémenstruel.

Découvrez toutes ces solutions plus en détail, comment et pourquoi fonctionnent-t-elles et comment les rendre plus optimales.

Hydratez-vous

Les ballonnements peuvent causer de l'inconfort et aggraver les crampes menstruelles. Boire de l'eau peut réduire les ballonnements pendant vos règles et atténuer une partie de la douleur qu'ils provoquent. De plus, boire de l'eau chaude peut augmenter le flux sanguin dans tout le corps et détendre les muscles. Cela peut atténuer les crampes causées par les contractions utérines.

Prenez l'habitude de boire 6 à 8 verres d'eau par jour, surtout pendant vos règles. Ajoutez un peu de menthe ou un quartier de citron pour rendre l'eau plus agréable au goût. Pendant que vous y êtes, réduisez votre consommation de sel, qui favorise la rétention d'eau et les ballonnements. Évitez l'alcool, qui favorise la déshydratation. Certaines femmes souffrent de diarrhée ou de vomissements en même temps que leurs crampes menstruelles. Il est important de remplacer les liquides perdus en buvant beaucoup d'eau.

Si vous n'aimez pas le goût de l'eau plate, il existe de nombreuses façons d'augmenter votre consommation de liquide. Commencez par boire un verre d'eau infusée aux fruits dès votre réveil le matin. Sirotez un thé à la camomille ou au gingembre.

Les tisanes ont des propriétés anti-inflammatoires et des composés antispasmodiques qui peuvent réduire les spasmes musculaires de l'utérus à l'origine des crampes. Boire du thé à la camomille, au fenouil ou au gingembre est un moyen facile et naturel de soulager les crampes menstruelles. De plus, les tisanes peuvent présenter d'autres avantages, comme la réduction du stress et l'aide à l'insomnie.

Buvez de l'eau minérale aromatisée pour une nouvelle forme d'hydratation. Préparez un pichet d'eau au concombre, à la menthe ou au citron que vous boirez tout au long de la journée pour vous faire plaisir comme dans un spa. Sirotez une tasse de bouillon à faible teneur en sodium pour augmenter votre apport en liquide. Rester bien hydraté n'est pas seulement bon pour les crampes, c'est aussi bon pour votre santé générale.

Surveillez votre alimentation

Certains aliments peuvent offrir un soulagement naturel des crampes et ils ont bon goût. Les aliments anti-inflammatoires peuvent favoriser la circulation sanguine et détendre votre utérus. Essayez de manger des baies, des tomates, des ananas et des épices comme le curcuma, le gingembre ou l'ail. Les légumes verts à feuilles, les amandes, les noix et les poissons gras, comme le saumon, peuvent également contribuer à réduire l'inflammation.

Pendant les menstruations, il est bon d'éviter les aliments qui provoquent des ballonnements et de la rétention d'eau. Parmi les principaux coupables, citons : les aliments gras, l'alcool, les boissons gazeuses, la caféine et les aliments salés.

Réduire ou supprimer ces aliments peut aider à soulager les crampes et à diminuer la tension. Essayez plutôt des thés apaisants (sans caféine) au gingembre ou à la menthe ou de l'eau chaude aromatisée au citron. Si vous avez besoin d'une dose de sucre, grignotez des fruits tels que des fraises ou des framboises.

Ces plantes médicinales contiennent des composés anti-inflammatoires et antispasmodiques qui, selon les experts, peuvent réduire les contractions musculaires et les gonflements associés aux douleurs menstruelles.

Tisane de camomille : Sirotez deux tasses de thé par jour une semaine avant vos règles. Vous pourriez en bénéficier davantage si vous en buvez tous les mois. Une revue d'études de 2012 rapporte que le thé à la camomille augmente les niveaux urinaires de glycine, qui aide à soulager les spasmes musculaires. La glycine agit également comme un relaxant nerveux.

Graines de fenouil : Lorsque vos règles commencent, prenez 30 mg d'extrait de fenouil quatre fois par jour pendant trois jours. Une étude de 2012 a porté sur des filles et des femmes âgées de 15 à 24 ans. Le groupe qui a pris l'extrait a déclaré ressentir un soulagement. Le groupe placebo n'en a signalé aucun.

Cannelle : Prenez 840 mg de capsules de cannelle trois fois par jour pendant les trois premiers jours de vos règles. En 2015, les femmes qui ont pris des capsules de cannelle dans une étude ont rapporté moins de saignements, de douleurs, de nausées et de vomissements par rapport au groupe placebo.

Gingembre : Essayez de râper un petit morceau de gingembre dans de l'eau chaude pour obtenir une boisson chaude qui soulage les crampes. Une étude menée auprès d'étudiants universitaires a révélé que 250 mg de poudre de gingembre quatre fois par jour pendant trois jours contribuaient à soulager la douleur. Elle a également conclu que le gingembre était aussi efficace que l'ibuprofène.

Soulagement des symptômes du syndrome prémenstruel

La curcumine, un produit chimique naturel présent dans le curcuma, peut aider à soulager les symptômes du syndrome prémenstruel (SPM). Une étude de 2015 a examiné 70 femmes qui ont pris deux capsules de curcumine pendant sept jours avant leurs règles et trois jours après. Les participantes ont signalé une réduction significative du syndrome prémenstruel.

Attention : Assurez-vous toujours que vous achetez des herbes et des compléments alimentaires auprès d'une source réputée, car ils ne sont pas réglementés. Bien que la plupart de ces remèdes à base de plantes aient peu d'effets secondaires, consultez votre médecin avant de les essayer.

Certaines plantes peuvent également provoquer des effets secondaires involontaires, surtout si vous prenez des médicaments. La plupart de ces plantes et suppléments ne comportent pas non plus d'instructions spécifiques pour les périodes menstruelles. Votre médecin peut avoir plus d'informations sur les recommandations de dosage.

Pour vous aider dans votre parcours avec l'endométriose, nous vous enverrons des témoignages et des conseils pour gérer la douleur chronique, la fatigue, etc.

Comment l'alimentation et l'exercice physique peuvent aider à long terme

Le maintien d'une alimentation saine et d'un régime d'exercice régulier peut grandement contribuer à prévenir les douleurs menstruelles. Une étude de 2016 de confiance portant sur 250 femmes a révélé des différences significatives entre les douleurs menstruelles chez les femmes qui maintenaient un mode de vie sain et celles qui ne le faisaient pas. Une alimentation saine est équilibrée est essentielle non seulement pour une bonne santé, mais aussi pour réduire les douleurs liées au syndrome prémenstruel.

Vous avez peut-être envie d'aliments gras, sucrés ou salés lorsque vous avez vos règles, mais ces aliments ne sont pas vos amis. Laissez tomber les beignets et les chips. Mais les aliments anti-inflammatoires comme les cerises, les myrtilles, les courges, les tomates et les poivrons sont de bons choix. Les poissons d'eau froide riches en acides gras oméga-3 sont également des choix sains. Mangez plus de haricots riches en calcium, d'amandes et de légumes à feuilles vertes. Ces aliments contiennent des composés qui combattent l'inflammation. Certaines femmes rapportent que manger de cette manière peut aider à soulager les douleurs menstruelles. Il est évidemment préférable d'avoir une alimentation saine et équilibrée tout au long de l'année, et pas seulement quelques jours par mois pendant les règles.

Vos habitudes alimentaires et votre mode de vie peuvent favoriser ou entraver les crampes menstruelles. Si vous souffrez d'inconfort menstruel, certaines femmes trouvent utile d'éviter certains aliments. Évitez les aliments blancs et raffinés, notamment le sucre, le pain et les pâtes. Évitez les acides gras trans que l'on trouve le plus souvent dans les aliments préparés commercialement comme les frites, les biscuits, les rondelles d'oignon, les craquelins et la margarine. Laissez tomber l'alcool, le tabac et la caféine. Tous ces éléments augmentent l'inflammation et peuvent favoriser les douleurs menstruelles. Certaines données montrent que la réduction de la consommation de graisses nocives peut également aider à soulager les règles douloureuses.

Essayez les compléments alimentaires

La vitamine D peut aider votre corps à absorber le calcium et à réduire l'inflammation. D'autres compléments, notamment les oméga-3, la vitamine E et le magnésium, peuvent contribuer à réduire l'inflammation et pourraient même rendre vos règles moins douloureuses. Pour de meilleurs résultats, prenez des suppléments tous les jours, et pas seulement pendant vos règles. De plus, comme certains suppléments interagissent avec les médicaments, demandez conseil à votre médecin avant de prendre quoi que ce soit de nouveau.

Huile de poisson et vitamine B1

Des chercheurs ont étudié les effets de la vitamine B1 et de l'huile de poisson sur les symptômes de la dysménorrhée chez des lycéennes. Les jeunes femmes ont été réparties en 4 groupes différents. Un groupe a pris 100 milligrammes de vitamine B1 par jour. Un autre a pris 500 milligrammes d'huile de poisson par jour. Un groupe a pris une combinaison de vitamine B1 et d'huile de poisson par jour. Le dernier groupe a pris un placebo. Les femmes ont pris le traitement au début de leur cycle menstruel et l'ont poursuivi pendant deux mois. Par rapport aux femmes du groupe placebo, celles qui ont pris de la vitamine B1, de l'huile de poisson ou les deux ont signalé une diminution significative de la douleur. Les femmes qui ont pris de l'huile de poisson ou de la vitamine B1 ont également indiqué que leur douleur ne durait pas aussi longtemps que celles du groupe placebo.

Le soleil de la vitamine D

Les crampes douloureuses associées à la dysménorrhée sont dues à une augmentation des niveaux de prostaglandines, qui provoquent des contractions de l'utérus. La vitamine D réduit la production de prostaglandines. Dans une étude portant sur des jeunes femmes souffrant de dysménorrhée primaire et présentant de faibles taux de vitamine D, des doses hebdomadaires élevées de vitamine D complémentaire ont permis de réduire de manière significative l'intensité de la douleur, à la fois 8 semaines après le début du traitement et 1 mois après la fin du traitement. Les femmes prenant de la vitamine D ont également pris moins d'analgésiques pour traiter les douleurs des règles. Vous pouvez demander à votre médecin de mesurer votre taux de vitamine D par une simple prise de sang.

Le calcium, un minéral anti-crampes

Le calcium est un nutriment dont tout le monde a besoin, mais la plupart des femmes n'en consomment pas assez. Nous avons besoin de calcium pour le bon fonctionnement du cœur, des muscles et du système nerveux. Un apport adéquat en calcium peut également contribuer à soulager les crampes menstruelles. Dans une étude menée auprès de jeunes femmes, celles qui ont pris un supplément contenant 1 000 milligrammes de calcium par jour à partir du 15e jour de leur cycle menstruel jusqu'à l'arrêt des douleurs menstruelles au cycle suivant ont connu des douleurs menstruelles moins intenses que celles qui ont pris un placebo. Faites le plein de produits laitiers à faible teneur en matières grasses, de jus d'orange enrichi, de sardines et de saumon en conserve, et d'autres aliments riches en calcium pour obtenir votre dose quotidienne de ce minéral important.

Plus de magnésium

Le magnésium est un minéral essentiel dont votre organisme a besoin pour alimenter plus de 300 systèmes enzymatiques. Le magnésium peut contribuer à atténuer les symptômes du syndrome prémenstruel, en particulier lorsqu'il est pris avec de la vitamine B6. Une étude menée auprès de femmes a révélé que celles qui prenaient 250 milligrammes de magnésium et 40 milligrammes de vitamine B6 par jour présentaient la plus forte réduction des symptômes du SPM. Attention. Le magnésium peut interférer avec l'activité de certains médicaments, notamment les antibiotiques, les inhibiteurs de la pompe à protons (IPP), les diurétiques et les bisphosphonates. Demandez à votre médecin ou à votre pharmacien si le magnésium est approprié et sûr pour vous.

Les massages et les huiles essentielles pour réduire les douleurs

Massage

Evidemment, parmi nos meilleurs conseils, nous vous suggérons l’utilisations d’huiles essentielles pour traiter les symptômes douloureux.

Une étude a révélé que les massages réduisaient considérablement les douleurs menstruelles chez les femmes atteintes d'endométriose. Ils peuvent réduire les spasmes utérins en détendant l'utérus. Pour gérer plus efficacement les crampes menstruelles, la massothérapie doit se concentrer sur la zone abdominale. Mais un massage complet du corps qui réduit votre stress général peut également aider à soulager les crampes menstruelles.

La massothérapie pendant environ 20 minutes peut aider à réduire les douleurs menstruelles. Une étude de 2010 a examiné 23 femmes souffrant de douleurs menstruelles causées par l'endométriose. Les chercheurs ont constaté que les massages réduisaient significativement la douleur dans l’immédiat et dans la durée. La massothérapie pour les menstruations consiste à appuyer sur des points spécifiques pendant que les mains du thérapeute se déplacent autour de l'abdomen, du côté et du dos.

L'ajout d'huiles essentielles pour un style de massage d'aromathérapie peut avoir des avantages supplémentaires.

Une étude de 2012 a divisé 48 femmes souffrant de douleurs menstruelles en deux groupes : un groupe a reçu une crème contenant des huiles essentielles, tandis que l'autre a reçu une crème contenant un parfum synthétique. Le groupe qui a utilisé des huiles essentielles a connu une réduction significative de la quantité et de la durée de la douleur. Les chercheurs ont utilisé un mélange d'huiles de lavande, de sauge et de marjolaine dans cette étude. Vous pouvez acheter une huile de massage parfumée contenant des ingrédients similaires ou en fabriquer une vous-même.

En effet, l’huile essentielle de lavande fine vraie est contre la nervosité, les douleurs musculaires et le stress. Il s’agit d’un puissant antispasmodique, ce qui réduit les spasmes liés aux contractions de l’utérus lors des règles. Ajoutez 10 gouttes d’huile essentielle de lavande fine vraie dans une huile d’amande douce et massez la zone douloureuse. Vous pouvez également la diffuser ou en mettre 12 gouttes dans un bain chaud afin de réduire vos douleurs.

 L’huile essentielle d’Ylang est également très utile pour réduire les symptômes douloureux des règles. Cette huile anti-stress a également des propriétés équilibrantes. Mettre quelques gouttes de cette huile dans votre diffuseur lors de vos périodes menstruelles, vous permettra de vous sentir apaisé. La réduction du stress permet d’apaiser certains syndromes prémenstruels.

Vous devez toujours diluer votre huile essentielle avec une huile de support. Il s'agit par exemple d'huiles végétales ou de noix, comme l'huile de pépins de raisin ou d'amande douce. Une concentration sûre est d'une goutte d'huile essentielle par cuillère à café d'huile de support.

Appliquez de la chaleur

Un peu de chaleur peut aider vos muscles à se détendre, améliorer la circulation sanguine et soulager les tensions. Essayez de vous asseoir avec un coussin chauffant, de prendre une douche chaude ou de vous détendre dans un bain chaud.

Appliquer de la chaleur sur votre abdomen et le bas du dos peut soulager la douleur. Une étude de 2012 axée sur 147 femmes de 18 à 30 ans ayant des cycles menstruels réguliers a révélé qu'un patch de chaleur à 40°C (104°F) était aussi efficace que l'ibuprofène.

Si vous n'avez pas de bouillotte ou de coussin chauffant, prenez un bain chaud ou utilisez une serviette chaude. Vous pouvez également fabriquer votre propre coussin chauffant :

  1. Couper et coudre ensemble deux morceaux de tissu, en laissant un trou en haut.
  2. Remplir de riz non cuit et coudre le trou.
  3. Faire chauffer au micro-ondes pendant quelques minutes jusqu'à la température souhaitée. Ne pas trop chauffer !
  4. Laisser refroidir, si nécessaire.

Faites de l'exercice

Course à pieds

Si vous souffrez, l'exercice est peut-être la dernière chose à laquelle vous pensez. Mais même un exercice léger libère des endorphines qui vous rendent heureux, réduisent la douleur et détendent vos muscles. Quinze minutes de yoga, d'étirements légers ou de marche peuvent suffire pour vous sentir mieux.

Les recherches suggèrent que l'exercice est efficace pour réduire les douleurs menstruelles au point d'éliminer ou de réduire la nécessité de prendre des médicaments antidouleur. Une activité modérée, comme la marche, peut être bénéfique pendant vos règles, en remplacement d'une activité plus intense.

Le yoga est un exercice doux qui libère également des endorphines et contribue à prévenir ou à réduire les symptômes menstruels. Dans une étude de 2011, les chercheurs ont constaté que trois poses de yoga différentes - Cobra, Chat et Poisson - réduisaient de manière significative l'intensité et la durée des douleurs pendant les menstruations chez les jeunes femmes âgées de 18 à 22 ans.

De nombreuses vidéos existent pour vous montrer diverses poses de Yoga simples à apprendre et réaliser pour réduire vos douleurs.

Réduisez le stress

Le stress peut aggraver les crampes. Utilisez des techniques de réduction du stress comme la méditation, la respiration profonde, le yoga ou votre propre méthode préférée pour évacuer le stress. Si vous ne savez pas comment soulager le stress, essayez l'imagerie guidée. Fermez simplement les yeux, respirez profondément et imaginez un endroit calme et sûr qui a de l'importance pour vous. Restez concentré sur cet espace pendant au moins quelques minutes en respirant lentement et profondément.

Que vous aimiez marcher, courir ou nager, vous pouvez pratiquer toutes ces activités en toute sécurité pendant vos règles. Le yoga et le tai chi sont des formes d'exercice plus douces qui peuvent être plus faciles à pratiquer si vous êtes fatiguée.

Essayez la médecine alternative

Certaines personnes sont soulagées par des pratiques de médecine alternative comme l'acupuncture et l'acupression. L'acupuncture est une pratique qui stimule le corps en plaçant des aiguilles dans la peau. L'acupression stimule le corps sans aiguilles en exerçant une pression sur certains points du corps. Ces pratiques peuvent vous aider à vous détendre, à relâcher les tensions musculaires et à améliorer la circulation sanguine dans tout le corps.

Commencez une contraception hormonale

Contraception

Le contrôle des naissances peut mettre fin aux douleurs des règles si les crampes sont causées par un déséquilibre hormonal. L'équilibrage des niveaux d'œstrogène et de progestérone permet de fluidifier la muqueuse utérine pour qu'elle se détache plus facilement. La contraception hormonale régule également la durée et la fréquence de vos règles. Certaines formes de contraception peuvent soulager complètement les crampes menstruelles en arrêtant complètement les règles. Parlez à votre gynécologue des options de contraception, notamment la pilule, la piqûre contraceptive ou le stérilet hormonal. Vous pourrez alors choisir le type de contraception qui vous convient le mieux.

Si vous avez essayé tous les traitements de cette liste et que vous avez toujours des règles douloureuses, ou si vous voulez savoir dès le départ quelle(s) option(s) vous conviendra(ont) le mieux, parlez-en à votre médecin traitant ou à votre gynécologue-obstétricien.

Adoptez une bonne hygiène du sommeil

mieux dormir

La qualité du sommeil a un effet sur les symptômes menstruels et sur de nombreux problèmes de santé. Dans une étude, les femmes qui souffraient d'insomnie ont signalé une dysménorrhée plus grave et une plus grande interférence avec les activités quotidiennes en raison des symptômes, par rapport aux femmes qui ne souffraient pas d'insomnie. Adoptez une bonne hygiène du sommeil pour éviter les symptômes des menstruations douloureuses. Cela implique de se coucher à peu près à la même heure tous les soirs. Établissez et respectez une routine nocturne pour donner à votre corps le signal qu'il est temps de dormir. Cette routine peut consister à écouter de la musique apaisante, à boire une tasse de thé ou à prendre un bain chaud. En dormant suffisamment pour favoriser une bonne santé générale, vous pourrez mieux gérer les symptômes mensuels associés à votre cycle menstruel.

Évitez la télévision, le smartphone, l'ordinateur et les autres écrans avant de vous coucher pour vous aider à vous détendre. Vous pouvez vous sentir plus à l'aise en dormant dans différentes positions pendant vos règles. Accordez une attention particulière à l'hygiène du sommeil dans les jours précédant vos règles.

Quand consulter un médecin ?

Vous devez contacter votre médecin si vous avez des douleurs intenses et des saignements très abondants. Consultez un médecin si :

- La douleur vous empêche systématiquement de faire vos activités quotidiennes

- La douleur s'aggrave, ou les saignements deviennent plus abondants, au fil du temps

- Vous avez plus de 25 ans et les crampes sévères sont un phénomène nouveau.

- Les médicaments en vente libre ne sont pas efficaces

Dans les cas graves, la meilleure façon de se faire soigner est de demander à un médecin de diagnostiquer la cause de vos douleurs menstruelles.

Si vos douleurs menstruelles n'ont pas été contrôlées après 3 mois de traitement par des analgésiques ou un contraceptif hormonal adapté, votre médecin généraliste peut vous adresser à un spécialiste, qui sera généralement un gynécologue.

Le spécialiste effectuera des examens complémentaires pour confirmer ou infirmer un problème médical sous-jacent. Les tests que vous pourrez subir sont les suivants

- une analyse d'urine ou de sang

- une échographie pelvienne - où des ondes sonores à haute fréquence sont utilisées pour produire une image de l'intérieur de votre corps ; elle est indolore et montrera toute anomalie dans vos organes reproducteurs

- la laparoscopie - sous anesthésie générale, une petite incision est pratiquée dans votre abdomen et un télescope fibro-optique y est inséré ; elle permet d'examiner vos organes internes et de prélever des échantillons de tissu (biopsie)

- hystéroscopie - permet d'examiner l'intérieur de l'utérus à l'aide d'un télescope fibro-optique ; il est passé par le vagin et dans l'utérus pour vérifier la présence d'anomalies.

L’avis du médecin ou du spécialiste est donc très important. Par exemple, si vous souffrez d'une maladie inflammatoire pelvienne, vous devrez peut-être prendre des antibiotiques pour traiter l'infection, tandis que les fibromes devront peut-être être retirés par voie chirurgicale.

Les douleurs menstruelles qui font partie de votre cycle menstruel normal n'affectent pas votre fertilité. Cependant, si la cause est un problème médical, il se peut que cela affecte votre fertilité.

Autre exemple, l'endométriose et les maladies inflammatoires pelviennes peuvent provoquer des cicatrices et une accumulation de tissus dans les trompes de Fallope, ce qui rend plus difficile l'accès des spermatozoïdes à l'ovule et sa fécondation.

Endométriose

L'endométriose (en-doe-me-tree-O-sis) est un trouble souvent douloureux dans lequel un tissu similaire à celui qui tapisse normalement l'intérieur de votre utérus - l'endomètre - se développe à l'extérieur de votre utérus. L'endométriose touche le plus souvent les ovaires, les trompes de Fallope et le tissu qui tapisse le bassin. Dans de rares cas, des tissus ressemblant à de l'endomètre peuvent être trouvés au-delà de la zone où se trouvent les organes pelviens.

Dans le cas de l'endométriose, le tissu de type endométrial agit comme le ferait le tissu endométrial : il s'épaissit, se décompose et saigne à chaque cycle menstruel. Mais comme ce tissu n'a aucun moyen de sortir de votre corps, il reste coincé. Lorsque l'endométriose touche les ovaires, des kystes appelés endométriomes peuvent se former. Les tissus environnants peuvent s'irriter et finir par développer du tissu cicatriciel et des adhérences - des bandes de tissu fibreux qui peuvent faire coller les tissus et les organes pelviens les uns aux autres.

L'endométriose peut provoquer des douleurs, parfois intenses, en particulier pendant les périodes de menstruation. Des problèmes de fertilité peuvent également apparaître. Heureusement, des traitements efficaces sont disponibles.

Symptômes

Le principal symptôme de l'endométriose est la douleur pelvienne, souvent associée aux périodes menstruelles. Bien que de nombreuses personnes aient des crampes pendant leurs menstruations, les personnes atteintes d'endométriose décrivent généralement des douleurs menstruelles bien plus intenses que d'habitude. La douleur peut également augmenter avec le temps.

Les signes et symptômes courants de l'endométriose sont les suivants :

- Des règles douloureuses (dysménorrhée). Les douleurs pelviennes et les crampes peuvent commencer avant les règles et se prolonger plusieurs jours après. Vous pouvez également ressentir des douleurs dans le bas du dos et dans l'abdomen.

- Douleur lors des rapports sexuels. La douleur pendant ou après les rapports sexuels est fréquente en cas d'endométriose.

- Douleur lors des selles ou de la miction. Vous êtes plus susceptible de ressentir ces symptômes pendant vos menstruations.

- Saignements excessifs. Vous pouvez avoir des règles occasionnellement abondantes ou des saignements entre les règles (saignements intermenstruels).

- Infertilité. Parfois, l'endométriose est d'abord diagnostiquée chez les personnes qui cherchent un traitement contre l'infertilité.

- Autres signes et symptômes. Vous pouvez ressentir de la fatigue, de la diarrhée, de la constipation, des ballonnements ou des nausées, surtout pendant les périodes menstruelles.

L'intensité de votre douleur n'est pas forcément un indicateur fiable de l'étendue de votre maladie. Vous pouvez souffrir d'une endométriose légère accompagnée de fortes douleurs, ou d'une endométriose avancée avec peu ou pas de douleurs.

L'endométriose est parfois confondue avec d'autres affections pouvant provoquer des douleurs pelviennes, telles que la maladie inflammatoire pelvienne ou les kystes ovariens. Elle peut être confondue avec le syndrome du côlon irritable (SCI), une affection qui provoque des épisodes de diarrhée, de constipation et de crampes abdominales. Le SCI peut accompagner l'endométriose, ce qui peut compliquer le diagnostic.

Quand consulter un médecin

Consultez votre médecin si vous présentez des signes et des symptômes qui pourraient indiquer une endométriose. L'endométriose peut être une maladie difficile à gérer. Un diagnostic précoce, une équipe médicale multidisciplinaire et une bonne compréhension de votre diagnostic peuvent permettre une meilleure prise en charge de vos symptômes.

Causes

Bien que la cause exacte de l'endométriose ne soit pas certaine, les explications possibles sont les suivantes :

- Des menstruations rétrogrades. En cas de menstruation rétrograde, le sang menstruel contenant des cellules endométriales reflue par les trompes de Fallope et dans la cavité pelvienne au lieu d'être évacué du corps. Ces cellules endométriales adhèrent aux parois pelviennes et aux surfaces des organes pelviens, où elles se développent et continuent à s'épaissir et à saigner au cours de chaque cycle menstruel.

- Transformation des cellules péritonéales. Dans ce que l'on appelle la "théorie de l'induction", les experts proposent que des hormones ou des facteurs immunitaires favorisent la transformation des cellules péritonéales - cellules qui tapissent la face interne de votre abdomen - en cellules de type endométrial.

- Transformation des cellules embryonnaires. Des hormones telles que les œstrogènes peuvent transformer des cellules embryonnaires - cellules aux premiers stades du développement - en implants cellulaires de type endométrial pendant la puberté.

- Implantation de cicatrices chirurgicales. Après une intervention chirurgicale, telle qu'une hystérectomie ou une césarienne, des cellules endométriales peuvent se fixer sur une incision chirurgicale.

- Transport des cellules endométriales. Les vaisseaux sanguins ou le système de fluides tissulaires (lymphatique) peuvent transporter les cellules endométriales vers d'autres parties du corps.

- Trouble du système immunitaire. Un problème du système immunitaire peut rendre l'organisme incapable de reconnaître et de détruire le tissu semblable à l'endomètre qui se développe en dehors de l'utérus.

Facteurs de risque :

Plusieurs facteurs augmentent le risque de développer une endométriose :

  • Ne jamais avoir accouché
  • Avoir ses règles à un âge précoce
  • être ménopausée à un âge avancé
  • des cycles menstruels courts, par exemple moins de 27 jours
  • Des menstruations abondantes qui durent plus de sept jours.
  • Avoir des niveaux plus élevés d'œstrogènes dans votre corps ou une plus grande exposition à vie aux œstrogènes produits par votre corps.
  • Un indice de masse corporelle faible
  • Un ou plusieurs parents (mère, tante ou sœur) atteints d'endométriose.
  • Toute condition médicale qui empêche le passage du sang du corps pendant les périodes menstruelles.
  • Troubles de l'appareil reproducteur
douleurs de règles mais pas de règles

L'endométriose se développe généralement plusieurs années après le début des menstruations (ménarche). Les signes et les symptômes de l'endométriose peuvent s'améliorer temporairement avec la grossesse et disparaître complètement avec la ménopause, sauf si vous prenez des œstrogènes.

L'endométriose peut toucher les femmes de tout âge. Il s'agit d'une maladie de longue durée qui peut avoir un impact important sur votre vie, mais il existe des traitements qui peuvent vous aider. Pour certaines femmes, l'endométriose peut avoir un impact important sur leur vie et peut parfois entraîner des sentiments de dépression.

Traitements de l'endométriose

Il n'existe actuellement aucun traitement curatif de l'endométriose, mais il existe des traitements qui peuvent aider à en atténuer les symptômes.

Ces traitements comprennent :

  • Les analgésiques, tels que l'ibuprofène et le paracétamol
  • Les médicaments hormonaux et les contraceptifs - notamment la pilule combinée, le patch contraceptif, le système intra-utérin (SIU) et les médicaments appelés analogues de l'hormone de libération de la gonadotrophine (GnRH)
  • Une intervention chirurgicale visant à couper les plaques de tissu d'endométriose
  • Une opération visant à retirer une partie ou la totalité des organes touchés par l'endométriose, par exemple une opération visant à retirer l'utérus (hystérectomie).

Votre médecin discutera des options avec vous. Il pourra parfois vous suggérer de ne pas commencer le traitement immédiatement pour voir si vos symptômes s'améliorent d'eux-mêmes.

 

 

 Sources :

Plannedparenthood.org, healthpartners.com, healthline.com, onhealth.com, nhs.uk et mayoclinic.org. 

Ancienne article Nouvelle article


0 commentaires

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés